Menu

La ville de Port-Louis en Guadeloupe

Histoire de Port Louis Guadeloupe depuis 1683 à nos jours.


Rédigé le Mercredi 10 Octobre 2018 à 07:04 | Lu 168 commentaire(s)

Port-Louis est située au nord-ouest de la Grande Terre de Guadeloupe a proximité de la mer. Elle possède l'une des plus belles plages de Guadeloupe au bord d'un lagon bleu turquoise, la Plage du Souffleur.


La naissance du Bourg de Port-Louis.

En 1683, la Grande Terre de Guadeloupe ne comptait que 102 habitations répartis dans cinq quartiers. Celui de Pointe d’Antigue était un fortin qui protégeait la baie. D’autre batteries furent installées dans cette rade magnifique et l’une d’elle fut appelée Port-Louis. Port en raison de sa belle façade maritime, Louis en hommage au Roi Louis XIV.
C’est entre 1730 et 1731 que fut achevée la construction de l’Eglise de Notre Dame du Bon Secours. Port-Louis pris son essor et pris le statut de « rade foraine ». De juillet à octobre, des navires y séjournaient amenant de nombreux marchands.
L’Eglise de Notre Dame du Bon Secours à Port Louis Guadeloupe.
L’Eglise de Notre Dame du Bon Secours à Port Louis Guadeloupe.

Changement de nom à la Révolution.

A la révolution, Port-Louis pris le nom de Port Libre mais retrouva son nom quelques années plus tard. Le Bourg poursuivait sa lente mais réelle mutation. Les deux sentiers initiaux étaient devenus deux rues reliées par trois autres transversales. C’est à cette époque que le cimetière qui jouxtait l’Eglise fut transféré là où il se trouve aujourd’hui à l'extrémité de la Plage du Souffleur de Port-Louis.
 
Le Dispensaire, rue Gambetta à Port-Louis Guadeloupe.
Le Dispensaire, rue Gambetta à Port-Louis Guadeloupe.

Le tremblement de terre de 1843.

Le XIX ème fut, à Port-Louis, le siècle de tous les malheurs. En 1817, un premier incendie ravagea le Bourg de Port-Louis. L’Eglise entre autre brûla. Elle fut rebâtie en 1829.
Le 8 février 1843, la Guadeloupe fut secouée par un tremblement de terre de magnitude 8 :
« Dix heures sonnent ; la brise cède subitement et fait place, pendant quelques secondes, à un calme effrayant et inusité pendant cette partie du jour. Un bruit semblable à celui de chariots pesamment chargés roulant sur des pavés se fait entendre, accompagné de rafales qui s’élancent dans l’espace en notes aiguës comme le sifflet du maître d’équipage à bord.
La terre se meut, lentement d’abord, ainsi que le berceau du nouveau-né touché par la main maternelle ; le mouvement s’accélère, agite avec fureur le sol et les bâtiments ; les arbres balayent la terre de leurs branches ; la mer franchit quelque peu ses limites, dépose sur la surface qu’elle empiète une grande quantité de poissons morts, et à une certaine distance du rivage jaillit en minces filets d’eau qui amènent le sable à la superficie : les hommes, agenouillés dans la campagne, poussent des cris lamentables ; les murs des étables s’affaissent, les animaux effarés se précipitent de tous côtés ; les secousses redoublent, ils roulent sur eux-mêmes, se relèvent, l’œil hagard, les oreilles tendues, le poil hérissé, les jambes écartées pour essayer de lutter contre les bondissements de la terre ». (D’après « La Semaine des familles », paru en 1859)
 
Port-Louis paya son tribu au cataclysme, l’Eglise fut à nouveau détruite. En 1863 survint un autre fléau : le choléra. Et en juin 1890, Port-Louis se transforma en un immense brasier. Outre l’Eglise et le presbytère, l’école communale et 80 maisons furent la proie des flammes.
 
Les cases en bois d'autrefois à Port-Louis Guadeloupe.
Les cases en bois d'autrefois à Port-Louis Guadeloupe.

L'essor du Bourg de Port-Louis.

Au sortir de chacune de ces épreuves, le Bourg de Port-Louis renaissait avec de nouveaux édifices et des maisons améliorées dans leurs dimensions, leurs conceptions et leur solidité. Les demeures à étages firent leur apparition et l’Eglise fut une nouvelle fois reconstruite.
L’activité sucrière sur l’ensemble du territoire port-louisien pris son essor, la population augmentait.
 
 
Maison à étages Abel Laug à Port-Louis Guadeloupe.
Maison à étages Abel Laug à Port-Louis Guadeloupe.

Le cyclone de 1928.

Un jour de septembre 1928, la commune de Port-Louis comme beaucoup d’autres, fût totalement détruite par un cyclone dévastateur. Il fallait construire et reconstruire au plus vite. Le premier édifice à avoir été construit fut la Justice de Paix puis le Dispensaire. La nouvelle Mairie fut construite en 1932. La population était d’environ 6 000 habitants.
Le Bourg avait belle allure dans sa configuration ses constructions et son activité. Port-Louis avait des atouts majeurs : Un important groupe scolaire, l’usine sucrière de Beauport…
Le commerce était florissant. Celui du rhum et du sucre qui attirait des négociants pontois. De grands magasins y avaient ouvert des succursales. Plusieurs grandes boutiques, épiceries et merceries satisfaisaient les démarches des habitants. Le dimanche, le marché forain grouillait de monde.
 
D'après le livre "Port-Louis d'hier à aujourd'hui" d'Eugène PLUMASSEAU.
L'ancien cinéma rue Schoelcher à Port-Louis Guadeloupe.
L'ancien cinéma rue Schoelcher à Port-Louis Guadeloupe.

Port-Louis aujourd'hui.

Au XIXe siècle le domaine de Beauport est l'une des plus importantes sucreries des Antilles françaises, et la Société Anonyme d’Elevage de la Grande Terre  (SEGT) dans les années 1950 est classée troisième élevage européen avec ses 1 400 têtes de bovins et ses 500 porcs.
Port-Louis est alors la ville la plus prospère de la Grande-Terre de Guadeloupe.
A partir de 1981, la Société Anonyme d’Elevage de la Grande Terre  (SEGT) connue de nombreux problèmes : Incendie du bâtiment industriel qui produisait : lait, beurre, yaourt et crème fraiche. Diminution du cheptel, sabotage de la salle de traite, arrêt de la fabrication de yaourts … Arrêt de la production laitière.
Un malheur ne venant jamais seul, l’usine sucrière de Beauport ferma définitivement ses portes en 1990.
Port-Louis tomba en léthargie et fut progressivement détrônée par Le Moule et Pointe à Pître.
Port-Louis ne demandait qu’à renaître !
 
Ruine de l'usine de Beauport à Port-Louis.
Ruine de l'usine de Beauport à Port-Louis.

Port-Louis sort doucement de sa torpeur.

De nombreux travaux ont embellis la ville de Port-Louis, boulevard du front de mer, rénovation de cases en bois. Mais également de nouvelles infrastructures, construction de la marina, d’une médiathèque, d’une maison de retraite l’E.P.H.A.D. (Établissement pour Personnes Handicapées et Adultes Dépendants) Soleyanou et un lycée.
Le Lycée Polyvalent du Nord Grande Terre est un Lycée d'enseignement général et professionnel spécialisé dans le service à la personne (Logistique, Coiffure, Petite enfance, Esthétique),....du C.A.P. au B.T.S. Cours du soir pour adultes ( GRETA)...). Une partie de l'enseignement du lycée de Baimbridge a été transféré à Port-Louis.
Le lycée de Port Louis est un établissement HQE (Haute Qualité Environnemental) Autonome en énergie électrique.
Un sentier de bord de mer vous permet depuis la plage du Souffleur de vous rendre dans le centre-ville.
Si Port-Louis reste une petite ville de pêcheurs et d’agriculteurs, le tourisme commence à y prendre une place importante.
Fort de sa magnifique plage du Souffleur, l’une des plus belles de Guadeloupe, ce magnifique plan d’eau n’est pas là que pour faire du farniente. Elle attire également par ses activités nautiques : plongée sous-marine, jet-ski, padole, surf ....

Les touristes qui s'aventurent à Port-Louis dans le nord Grande Terre découvrent la Guadeloupe authentique à l'accueil rieur et au sourire simple et généreux.
 
Les cases en bois de Port-Louis joliements rénovées.
Les cases en bois de Port-Louis joliements rénovées.