Menu

La Porte d'Enfer à Anse-bertrand

La légende de Madame COCO


Rédigé le Lundi 25 Mai 2020 à 15:14 | Lu 50 commentaire(s)

Madame COCO était une marchande modeste d’Anse Bertrand mais également sorcière. La jalousie puis la soif du pouvoir la conduisit à faire un pacte avec le Diable. Il existe de nombreuse version de la légende de Madame COCO. Voici la version telle que celle raconté par Armand CHERUBIN, écrivain Ansois, dans son livre : La légende de Madame COCO – Pacte avec le Diable.


La Porte d'Enfer à Anse-Bertrand Guadeloupe.
La Porte d'Enfer à Anse-Bertrand Guadeloupe.
Il y a fort longtemps vécu, à Anse-Bertrand, une belle et grande dame, connu sous le nom de Madame COCO.
Elle était veuve et avait trois enfants, trois filles qu’elle élevait en leur enseignant les valeurs et principes fondamentaux du savoir-vivre de l’époque. Madame COCO possédait un petit commerce dans le bourg aménagé dans une case en bois couverte de tôle. Dans l’une des pièces, elle avait installé le comptoir et les rayonnages de produit alimentaires, une autre pièce était réservée à la consommation des boissons. La majorité de son temps était consacré à la marche de son commerce, mais elle se livrait aussi à la sorcellerie.

On disait qu’elle avait le don d’interpréter les songes, de lire dans les cartes et dans les lignes de la main. Qu’elle avait le pouvoir de chasser le soleil et de faire tomber la pluie. Beaucoup de gens venait la consulter, ce qui lui donnait un certain pouvoir à Anse-Bertrand.
Mais un jour, elle entra en conflit avec une dame aussi célèbre qu’elle, Madame GRAND-FOND. Elle avait de nombreux points communs avec Madame COCO : veuve également, elle avait trois filles dont elle vantait la beauté, et des pouvoirs.
Au nord d’Anse-Bertrand, sur une butte pour une bonne exposition au vent et surplombant la plaine, se trouve le moulin de Budan. En ce temps-là, il possédait encore ses ailes, cassées par les caprices du temps, entrelacées dans les racines d’un figuier maudit.

Le moulin de Budan à Anse Bertrand.
Le moulin de Budan à Anse Bertrand.
C’est en ce lieu que le Diable organisait des séances d’initiation à la sorcellerie et à la pratique de la métamorphose. Madame GRAND-FOND et Madame COCO participèrent à plusieurs séances, et acquirent des pouvoirs qui les rendirent célèbres.
Alors la jalousie et la haine s'installèrent dans le cœur de chacune d'elle, car aucune des deux ne voulaient admettre que l’une puisse être supérieure à l’autre.
Madame GRAND-FOND, héritière de son mari, était très riche et n’hésitait pas à en faire étalage. Elle passait souvent devant la boutique de sa rivale vêtue de la plus noble des manières, se moquant de la petite condition de vie de Madame COCO.
Madame COCO, voulant l’imiter se lança dans une lutte d’élégance qui dura des années, mais elle n’avait pas suffisamment d’argent pour se payer tout ce dont elle avait besoin.
Alors Madame COCO alla trouver le Diable, et lui demanda de l'aider.
 

Le petit port de Port-Louis (1997).
Le petit port de Port-Louis (1997).
Elle signa de son sang un pacte avec le Diable qui luis accorda, pour une durée de sept années, des jarres remplies de pièces d’or. Au terme de ce délai, elle devrait sacrifier un de ses parents proches ou un de ses amis les plus estimés, sinon elle lui appartiendrait corps et âme.
La tête bouillonnante d’illusions devant toutes ces pièces d’or, elle était convaincue qu’elle trouverait une échappatoire à cette contrepartie.
 

Mais le Diable ne fut pas dupe et convoqua sur le champ Madame COCO. La promesse n’avait pas été tenue, elle était bel et bien à sa merci. Afin de mettre de l’ordre dans ses affaires, elle demanda un délai et invita le Diable à venir la chercher sur la mer.
En ce temps-là, les gens du nord Grande-Terre se rendaient à Ponte-à-Pître au moyen d’une barque depuis le petit port de Port-Louis.
Madame COCO pris place à l’arrière de la barque. Ce jour-là, La mer était calme, c’est à peine si elle frissonnait sous le souffle des alizés. Le capitaine donna l’ordre de départ, les voiles se gonflèrent et la barque démarra.
 

La grotte du "Trou à Man Coco".
La grotte du "Trou à Man Coco".
Brusquement à proximité de l’ilet Macou, le ciel changea. Le vent se leva et le soleil disparu dans les nuages, d’énormes vagues se mirent à frapper la barque. L’une d’elle, plus grosse que les autres emporta Madame COCO. Un marin courageux se jeta à l’eau et réussi à la remonter à bord. Mais le Diable n’était pas près de renoncer à sa part du contrat, aussi il envoya des vagues de plus en plus grosses à l’assaut de la barque, jusqu’à ce que l’une d’elle, plus forte que les précédentes emporta définitivement Madame COCO.
Aussitôt, la mer retrouva sa quiétude. C’est alors, que les marins aperçurent Madame COCO marchant sur l’eau, son parapluie ouvert sur sa tête, en direction de la Porte D’Enfer, accompagné d’un cavalier.
Depuis, des gens affirment que l’on peut rencontrer Madame COCO à l’entrée d’une grotte à la Porte d’Enfer à des heures bien précises (à l’heure du ti punch), au « Trou à Man COCO ».