Menu

Anse Bertrand, dernier territoire des Indiens Caraïbes.

Guide touristique d'Anse Bertrand et ses environs.


Rédigé le Vendredi 26 Octobre 2018 à 18:39 | Lu 207 commentaire(s)

Anse Bertrand est à la pointe nord de la Grande Terre. La commune a changé de nom, « antan lontan », elle s'appelait, Anse de Saint Bertrand, pour prendre le nom qu'elle possède aujourd'hui.


Le Bourg d'Anse Bertrand.

Anse Bertrand est une commune chargée d'histoire en 1660 par le traité de Basse-Terre elle accueilli les derniers indiens Caraïbes qui s'installèrent sur le territoire de la Grande Vigie, cette région la moins fertile de la Guadeloupe. En 1730, il ne restait guère que 76 Caraïbes sur ce territoire. En 1825, seules 7 familles étaient encore présentes, localisées au Petit-Portland.
Le Bourg d'Anse Bertrand.
Le Bourg d'Anse Bertrand.

Comme dans toutes les communes alentours l’église Saint-Denis d’Anse-Bertrand a connu à maintes reprises des reconstructions totales ou partielles : le tremblement de terre de 1843, le cyclone de 1899. Le clocher, indépendant de l’église pour laisser moins de prise au vent a été édifié en 1995.

Le cimetière situé derrière l’église Saint-Denis d'Anse Bertrand est à visiter pour des tombes qui sont parmi les plus vieilles de l'archipel guadeloupéen. Alors que de simples tumulus de sable signalent les tombes des plus démunis, les tombes de pierre des colons du début du XIXè comportent une épitaphe (tombe de Louise Eléonor Guerry (marbre) morte en 1822 à l’âge de 18 ans, tombe Douillard Grandfond de style néoclassique (pierre, brique et fonte), ancien propriétaire des sucreries de Montrésor et Macaille, tombe Louis Luce Ruillier Beaufond, ancien maire et propriétaire de l’habitation Beaufond (marbre, bronze et ferronnerie avec buste).
Le cimetière d'Anse Bertrand face à la mer.
Le cimetière d'Anse Bertrand face à la mer.

Les ruines de nombreux moulins à vent disséminés ici ou là, rappellent la grande époque du sucre et la richesse de Anse Bertrand. Vers 1820, Anse Bertrand comptait 25 habitations sucrières et 24 moulins à vent. Petit à petit, cette production devint caduque jusqu'à disparaitre au profit de grosses usines, elles aussi disparues, la dernière en 1990, l'usine de Beauport de Port Louis.
Ruine d'un ancien moulin à vent.
Ruine d'un ancien moulin à vent.

La Plage de la Chapelle. Elle doit son nom à l'ancienne chapelle qui y était autrefois implantée. De récentes fouilles archéologiques ont révélé la présence de tombes faisant partie des plus anciennes de l’île. La plage de la Chapelle à Anse Bertrand est l'un des sites de Guadeloupe préférés des passionnés de glisse. Des compétitions de surf y sont régulièrement organisées. Cette magnifique plage de sable blond et fin, bordée de cocotiers, vous enchantera par une eau calme et claire.
 
Plage de La Chapelle à Anse Bertrand.
Plage de La Chapelle à Anse Bertrand.

La Plage d’Anse Laborde . Moins fréquentée cette plage est bordée de raisiniers bord de mer et de catalpas, idéale pour une journée de détente. Au sud, la plage est protégée par la barrière de corail, c’est une véritable piscine qui s’offre à vous. La partie nord est interdite à la baignade. Par mer houleuse un très fort courant se forme entrainant les imprudents vers le large. Attention danger !
Anse Laborde à Anse Bertrand.
Anse Laborde à Anse Bertrand.

L’Hippodrome de Saint-Jacques.

L’Hippodrome de Saint-Jacques. Anse Bertrand possède le dernier hippodrome de la Guadeloupe. La piste tantôt boueuse tantôt poussiéreuse sous un soleil de plomb attire de décembre à juin, un public d’habitués venus nombreux, attirés par les courses de chevaux et les paris.

La Pointe de la Grande Vigie se trouve au nord de la Guadeloupe. Dominant l’Océan Atlantique des imposantes falaises calcaires de 80 mètres de hauteur offrent, par temps clair, un magnifique point de vue sur les iles de Montserrat, la Désirade et Antigua.
En poursuivant la route du littoral plusieurs points de vue vous ferons découvrir de magnifiques criques et la Pointe du Piton, un rocher isolé de la côte.
 
Le Piton à la Grande Vigie.
Le Piton à la Grande Vigie.

Les Falaises de la Grande Vigie.

Vous arriverez enfin à la Porte d'Enfer, un des endroits les plus impressionnants et les plus beaux de Guadeloupe. Au milieu de grandes falaises aux parois rocheuses, une petite anse et un lagon turquoise fermé laisse place à une eau très calme et limpide
Porte d'Enfer d'Anse Bertrand.
Porte d'Enfer d'Anse Bertrand.

L'habitation Mahaudière.

L'habitation sucrerie la Mahaudière (du nom de son propriétaire Douillard Mahaudière) à proximité du hameau de Campêche, était dans les années 1764 une cotonnerie dont la main d'œuvre est composée d'esclaves. Son moulin à vent semble être l’une des parties les plus anciennes. Elle deviendra plus tard une sucrerie. Vestige de l’ancienne sucrerie, la cheminée de brique jaune dont la base en moellon serait antérieure à 1843 (date du tremblement de terre) alors que le fût en briques daterait des années 1850.
 
L'ancien Moulin transformé en Chapelle à la Mahaudière.
L'ancien Moulin transformé en Chapelle à la Mahaudière.

Randonnée.

Le sentier des Pêcheurs. Deuxième étape de la Boucle du nord Grande Terre d’Anse Laborde à la Porte d’Enfer.
Distance 13 km. Difficulté moyenne.
Partant de la plage d'Anse Laborde, cette deuxième étape suit la Trace des Pêcheurs vers le nord jusqu'à la Pointe de la Grande Vigie. Sentier pierreux qui parcourt la forêt sèche. Vue imprenable sur la falaise.
 
La Trace des Pêcheur sur les falaises de la Vigie.
La Trace des Pêcheur sur les falaises de la Vigie.

La trace des Douaniers. Dernière des étapes de la Boucle du Nord Grande-Terre cette randonnée vous conduira de la Porte d'Enfer à la Mahaudière, en empruntant la trace des falaises.
Distance 12 km. Difficulté moyenne.
Cette trace vous dévoilera une végétation sèche et sauvage adaptée au milieu du Nord de la Grande-Terre. Magnifique par un temps ensoleillé, elle vous offrira le spectacle étonnant des paysages splendides, des falaises calcaires de la côte Atlantique du Nord et enfin des colonies d'oiseaux marins nichant dans les falaises.